09/11/2011

Manif pour le droit des paysans à ressemer et échanger leurs semences...

paysans_semences


Ce 20 octobre, des délégué·e·s de la Coordination européenne « Via Campesina » et d’Uniterre ont manifesté à Genève devant l’Union internationale pour la protection des obtentions végétales (UPOV) qui fêtait son 50e anniversaire. Une centaine de manifestant·e·s, membres d’organisations paysannes et citoyen·ne·s engagés, se sont réunis en face de l’UPOV. Leur mot d’ordre était « Pour la reconnaissance immédiate du droit des paysan·ne·s de ressemer et d’échanger librement leurs semences, les protéger de la biopiraterie et des contaminations par des gènes brevetés. Non à la mainmise des multinationales semencières, au COV de 1991 et à toute forme de brevets sur les plantes, les parties de plantes, leurs gènes ou les procédés d’obtention ».


Des paysan·ne·s de France, Belgique, Allemagne, Autriche, Italie, Espagne, Turquie, Angleterre et Norvège étaient présents. Des paysan·ne·s genevois complétaient la délégation représentant la diversité européenne unie face à l’UPOV.

L’UPOV : coupable d’opacité
 et de parti pris
Depuis 2010, la Coordination européenne Via Campesina et APBREBES (une coalition d’ONG – dont la « Déclaration de Berne » – souhaitant une sélection des plantes au bénéfice de la société) ont obtenu le statut d’observateur à l’UPOV; de haute lutte. Il n’en reste pas moins que l’UPOV déroule le tapis rouge aux grands groupes semenciers et que ce sont les seuls à avoir une réelle possibilité d’orienter les décisions. Le comité consultatif, par exemple, n’est pas ouvert aux observateurs et très peu de documents sont accessibles au public. Le site Internet sommaire en est une illustration frappante…
APBREBES demande avec vigueur que l’UPOV fasse sa mue et devienne plus transparente; les méthodes de travail actuelles sont d’un autre âge […] Pour preuve du malaise de l’UPOV face au manque de représentativité des paysans en son sein, nous avons assisté à un vent de panique de l’UPOV les jours précédant la manifestation: conférence de presse officielle déplacée du bâtiment de l’OMPI à celui de l’ONU, cafétérias fermées entre midi et quatorze heures et délégués priés de ne pas sortir du bâtiment pendant la manif de 11 h 30 à 14 h. Plusieurs fourgons de police parqués dans le quartier à la demande de l’institution. Bref, une mobilisation disproportionnée de l’UPOV qui démontre son manque de liens avec les réalités… et qu’elle a peut-être quelque chose à se reprocher.

Paysans expropriés
En effet, depuis la Convention de l’UPOV de 1991, les droits des paysans à ressemer et échanger leurs semences ont largement été réduits au profit des groupes semenciers. Olivier de Schutter, rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation a souligné dans un récent rapport les risques que ce type de réglementation fait courir aux systèmes informels d’échange de semences. Elle affaiblit la sécurité alimentaire et la biodiversité. Il a encouragé les Etats à développer leurs propres systèmes de protection des semences en tenant compte des droits des paysan-ne-s et des besoins spécifiques de chaque population.
« En ce qui concerne les semences, la situation est depuis longtemps intolérable pour les paysans, et cela risque d’empirer. Le problème soulevé ici touche en réalité l’ensemble des citoyens, puisque la question de l’accès, la libre reproduction et l’échange de semences par les paysans est le seul moyen d’éviter que les multinationales, par l’intermédiaire de l’UPOV, ne s’approprient et privatisent par les semences toute la chaîne alimentaire, et donc le vivant », a dit Rudi Berli d’Uniterre lors de la manif.

« Le droit des paysan·ne·s de ressemer et d’échanger leurs semences de ferme est pourtant indispensable à l’adaptation des cultures aux changements climatiques et à l’adaptation locale qui permet seule de diminuer l’usage des engrais et des pesticides chimiques. Il est le garant de la sécurité du stock semencier, et donc de la sécurité alimentaire. Par ailleurs, depuis de trop nombreuses années, les groupes semenciers se sont servis gratuitement dans nos champs, se comportant comme des biopirates. Et ce serait à nous de les indemniser avec des royalties ? C’est tout simplement inacceptable » a déclaré Guy Kastler de la Confédération paysanne française et délégué pour l’Europe à la commission biodiversité et semences de Via Campesina.
« Les paysans et paysannes ont toujours gardé une partie de leur récolte pour la ressemer et l’échanger entre eux. Que l’UPOV le veuille ou non, ils et elles vont continuer à le faire. Il en va de l’avenir de l’agriculture, de la paysannerie et des générations futures. Le droit de garder, semer, et échanger les semences est la base permettant la réalisation de la Souveraineté Alimentaire », a ajouté Josie Riffaud, du comité de la Coordination européenne Via Campesina.

Receleurs et arbre symbolique
Des sachets de semences « illégales » ont été distribués à un certain nombre de candidat·e·s aux élections fédérales. Elles sont illégales car aucune royalties n’est payée aux groupes semenciers. Un petit texte était imprimé sur le sachet : « Ces graines appartiennent à une variété paysanne. L’agriculteur qui les a récoltées devient cependant un contrefacteur s’il les sème sans payer de royalties à l’industrie semencière. Il est interdit d’échanger, de donner ou de vendre ces semences. Celui qui les conserve peut être poursuivi pour recel ». […] Pour les organisateurs du rassemblement, il était important qu’un témoin de cette action reste sur le terrain. Les paysan·ne·s genevois ont donc planté un porte-greffe de poirier sur la plate-bande devant l’institution pour symboliser le fait que les paysans y détiennent désormais le statut d’observateur. Il sera greffé avec un poirier à rissoles le 17 avril, journée internationale des luttes paysannes. La poire à rissole, bien connue des genevois·e·s représente également l’agrobiodiversité que nous souhaitons conserver. Cet arbre est maintenant sous la protection de la Ville de Genève, propriétaire de cette plate-bande.

Valentina Hemmeler Maïga
Uniterre

Article paru dans le numéro 197 du bimensuel solidaritéS
197-une.png
AU SOMMAIRE

EDITO
Une crise sans fond?

MONDE DU TRAVAIL
Licenciements chez Novartis: Le visage brutal du capitalisme

AGRICULTURE
Manif pour le droit des paysans à ressemer et échanger leurs semences...

NATIONAL
Elections nationales : analyse et chiffres
Le centre mou pour horizon de l’écologie politique ?
Réforme de la LAMAL: référendum lancé!

INTERNATIONAL
Tunisie: Une constituante, et après?!
Nouvelles perspectives pour la gauche anticapitaliste chilienne

EN MOUVEMENT
Yes, we camp! (Indignés genevois aux Bastions : interview)

VAUD
Novartis: «Préserver les places de travail pas les profits!»   

NEUCHÂTEL
Gagnons le vote cantonal sur le salaire minimum!

CULTURE
Nueva Trova cubaine en concert en Suisse Révolution et culture civile comme expression poétique

CAHIER EMANCIPATIONS
Gênes, dix ans plus tard, nouveaux défis pour les mouvements italiens

ABONNEZ-VOUS !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.